TEMPO 4

crbst_affiche_20tempo_204
Mise en scène Christophe Vincent
Texte de Jean-Louis Vuillermoz
Avec Salvatore De Filipo, Stéphanie Doche, Francine Gaonach, Pierre-Louis Lanier, Chantal Mairet, Eve Arbez, Loïc Bardiot, Pierre-Marie Evrard, Claude Mairet, Patrick Barbenoire
Création et direction musicale : Claude Mairet
Scénographie : Christophe Vincent Didier Marchal
Costumes : Nadia Genez
Lumières : Didier Marchal
Graphisme : Francine Gaonach

Cette pièce tout public est une création originale du « pôle amateurs » de notre collectif d’artistes.
Elle a été jouée devant 450 spectateurs depuis sa première du 17 novembre 2012, salle comble
à chaque représentation !.

LA PIECE

Mêlant théâtre et musique, TEMPO 4 est l’épopée contemporaine d’un fameux groupe de bal des années 80 cherchant à réinventer une nouvelle utopie collective à travers la musique. Au lendemain d’une autre fin de monde, les musiciens croisent sur leur route des vestiges de l’humanité. Au gré de ces rencontres, la musique entonne ses ritournelles, la joie revient, l’harmonie se réinvente… Jusqu’à quand ? La vie des hommes se répète… L’histoire sans fin d’une humanité dérisoire mais belle.

LE METTEUR EN SCENE

Comédien depuis une quinzaine d’année, Christophe Vincent signe avec Tempo 4 sa troisième mise en scène. Sa volonté d’appréhender d’autres formes de théâtralité, notamment en y associant la musique, le cinéma, la télévision, la bande dessinée, prend tout son sens avec ce nouveau spectacle.

Sur ses deux premiers projets (Glengarry Glen Ross et Hard Copy) il fait le choix de placer le texte au second plan et, ainsi, de décider qu’il serait un prétexte au sens, au jeu, au théâtre. Le travail du son est au centre de ses projets. La musique  influe sur la manière de raconter l’histoire, elle devient un personnage à part entière.
Le spectacle à été crée à partir d’un synopsis et d’improvisations qui nous ont conduits vers des scènes dialoguées, mettant en jeu différents personnages dans une situation spécifique justifiant une action. Parallèlement, le travail d’écriture musicale de l’ensemble a été élaboré  en lien direct avec le travail corporel des comédiens. Sur cette musique, d’où le texte a été gommé, différentes rencontres se déroulent selon les règles du  “Road Movie”.
Le groupe de musiciens joue une musique live. La notion de « clip vivant » prend alors toute sa force, la musique et les corps ne font plus qu’un. La parole, après avoir été formulée, actée, a été enfouie et inscrite dans les corps qui la restituent dans cet attelage étonnant qu’ils forment avec la musique.